Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

mercredi 7 avril 2004

PERFIDE ALBION

Jamais avares de commentaires lourdingues, les tabloïds anglais ne se sont pas privés de canarder la France sur sa façon de recevoir leur reine.
Chirac a effleuré la rombière, shocking, c’est contre le protocole et la presse titre « bas les pattes », shocking de recevoir la dame Place de la Concorde car des têtes couronnées sont tombées dans un panier au temps de la guillotine, shocking ceci, shocking cela…

Sachez messieurs les tabloïds rosbifs que votre vieille pimbêche au diadème, on s’en tape royalement (c’est le cas de le dire) le coquillard et que sa petite visite outre Manche est payée par nos impôts. En raison de l’entente cordiale ( !!?), on balade votre vieux pot un peu partout comme on sortirait son chien -chien le soir pour qu’il assouvisse ses besoins naturels, ça nous coûte la peau des fesses et voir sa tête de caniche déambuler nos avenues nous en touche une sans bouger l’autre.
Alors, permettez moi de vous dire que votre vieille majesté, vous pouvez vous la carrer où je pense.