Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

mardi 29 juin 2004

ET ALORS ...

Tout à l'heure alors que je faisais une manoeuvre désespérée pour sortir d'un embouteillage provoqué par un bus en panne, un pauvre cave moustachu bloqué, lui, avec sa grosse bétaillère de beauf rendu jaloux par ma furtive Clio s’est permis de m’invectiver par un « tu vas où toi branleur ! ».

Sachez monsieur que, moi, je me barrais de ce merdier, ma petite voiture me le permettant ce qui n’était pas votre cas vu que vous roulez en mini bus pour familles nombreuses ce qui est peut-être pratique pour trimballer votre progéniture mais moins pour se la jouer Ninja des embouteillages.

Sachez aussi que vous n’avez pas à me tutoyer, nous n’avons pas chouré des mobylettes ensemble.

Sachez aussi que l’onanisme est une pratique tout à fait saine et inévitable même pour un père de famille comme moi et que cette insulte ne m’affecte pas d’un iota.

Cependant, je me permets, monsieur, de vous dédier cet hymne enchanteur qui traîne dans ma discothèque depuis les belles années 80 et que nombre de connards intolérants comme vous devraient écouter afin de comprendre que vous n’avez pas de leçons à nous donner et que votre beaufitude n’entravera jamais notre liberté.

----SO WHAT----

voilà gros moustachu, Je fais ce que je veux et je t’emmerde.