Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

jeudi 1 juin 2006

CANNES OU LE GRAND RAOUT



Bon désolé, j'ai été un peu long mais après avoir passé quelques jours de vacances sur la Croisette sous 28°, j'ai testé le bain russe en allant à Pornichet ( La Baule si vous voulez pour les non Nantais) sous 4° le matin et bien entendu comme je ne suis pas Russe, j'ai chopé la crève et me voilà tout fébrile depuis quelques jours.

Bref, Cannes c'était bien mais c'est quand même le grand n'importe quoi. En fait c'est comme en Irak, il y a des américains partout, ça parle ricain très fort partout et ils sont chez eux comme partout.
Finalement, Cannes ce sont les vacances d'Hollywood, 2 semaines de business sur la French Riviera avec fiestas, champagne, pinard et bouffe made in France...les putes en option.
Le festival de Cannes c'est aussi le grand palais de la frime, tout le monde regarde tout le monde au cas où l'un serait une célébrité quant à l'accrédité ( soit 85% des badauds), il n'hésite pas à arborer fièrement ses pass autour de son cou. Certains en ont tellement qu'ils ressemblent aux nanas qui récoltent des colliers de perles en montrant leurs seins lors du Mardi gras de la Nouvelle-Orléans.
Il ne se passe pas une minute sans que vrombisse sur la croisette, une Ferrari, la dernière Porsche ou le modèle 3 exemplaires de chez Voiturelapluschèredumonde.com.

En même temps c'est aussi assez surréaliste de voir sans arrêt des femmes en robes de soirée hyper chics, des mecs en smoking à toute heure de la journée traverser la rue en se pressant sous les palmiers et le soleil ; une impression d'être dans un monde de pages centrales de revues de mode.

Concernant le sujet pour lequel nous y étions, c'est à dire vendre notre court, on a vite constaté que le Short Film Corner était une vaste fumisterie. L'inscription est de 75 euros et la promesse d'y rencontrer des acheteurs n'est pas tenue; ils doivent cuver le champagne de la veille ou se faire sucer dans les chiottes du palais.
Par contre c'est une bonne opération pour le festival, 1000 films inscrits x le montant de l'inscription , je vous laisse faire le calcul.

Du coup, on a joué les touristes et comme notre accréditation nous laissait un accès quasiment partout, j'ai arpenté de long en large le marché du film où j' ai visionné des bandes annonces de navets ultimes, ai discuté quelques minutes avec Didier Allouch, ai piqué des DVD chez Troma, ai découvert la plus belle affiche de tout le festival, trouvé un doc que je rêve de voir, ai visité le Carlton et ses suites occupées par la Fox ou Dreamworks et ai profité de longs petits dèj au soleil sur la terrasse de notre appart sur la Croisette et je ne suis même pas allé voir de film car je déteste faire deux heures de queue.

Afin de vous faire profiter, je vous lâche un petit fichier vidéo monté avec nos photos et en musique ; cliquez sur l'icône.