Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

mardi 12 juin 2007

STAR WARS - UN MYTHE S'EFFONDRE



En réalité, le sabre Laser serait plutôt au plasma :

La dénomination “sabre laser”, prise au pied de la lettre, pose plusieurs problèmes.
Tout d’abord le laser se propage en ligne droite, à moins de subir une déflection au cours de sa trajectoire. Ainsi une lame laser ne devrait pas être visible. De même on ne voit le faisceau d’un pointeur laser que dans une atmosphère diffusante, où de minuscules poussières interagissent avec le faisceau et le réemmettent dans toutes les directions.
De plus, le faisceau laser n’est pas naturellement limité en taille. Il se propage en ligne droite jusqu’à être absorbé. Pour un combat dans un vaisseau spatial, les conséquences sont catastrophiques, chaque mouvement de lame provoquant le découpage intempestif de tout ce qui se trouve sur le chemin du faisceau, y compris la coque du vaisseau.. Limiter la taille de la lame requiert au moins l’utilisation d’un miroir réfléchissant en bout de course.
Une autre observation difficile à interpréter dans ce cadre est le “choc” produit par la rencontre de deux sabres. Les photons constituant un laser ne peuvent “s’entrechoquer” avec d’autres photons.


L’arme des Jedi évoquent en fait l’utilisation de plasma, plutôt que d’un laser. Un plasma, gaz chauffé à tel point que tous les atomes le composant sont séparés d’un ou plusieurs de leurs électrons, rayonne dans toutes les directions. Sa température fixe les caractéristiques du rayonnement émis, notamment sa couleur.
On utilise aujourd’hui des “torches plasma” pour la destruction de déchets ou la découpe de métal. Le plasma est alors un gaz ionisé sous l’effet d’un arc électrique, et atteint des températures de plusieurs milliers de degrés.
On peut modeler la forme du plasma à l’aide d’un champ magnétique: ce champ modifie les trajectoires des particules chargées constituant le plasma, et les confine dans une région de l’espace. C’est également le principe de confinement utilisé dans les tokamaks, pour réaliser la fusion nucléaire (dont le projet ITER sera la prochaine grande étape).

On peut ainsi réaliser un “sabre plasma” de belle allure, au pouvoir destructif important. On a en prime la possibilité de “chocs” entre sabres: de même que deux aimants peuvent se repousser sous l’effet de leurs champs magnétiques, on peut imaginer que le croisement de deux sabres soit rendu impossible par la présence d’un champ magnétique.

Texte de Benjamin Censier basé sur un séminaire de Roland Lehoucq (CEA/SAp) “la physique dans star wars”.