Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

samedi 12 juillet 2003

LE SMITITIVI



Très franchement, quand j’ai vu le programme de cette semaine, j’ai eu un coup de mou.
On le sait tous, les programmes d’été sont affligeants.
Je décide donc de mettre le Smititivi en pause jusqu'à la rentrée, ça me fatigue de vous livrer un Smititivi rachitique composé de un voire deux programmes sélectionnés.
Le but de cette rubrique est aussi de tenter de vous faire découvrir quelques films qui ne vous aurait pas attirés au premier abord ou bien de vous mettre en garde contre un infâme navet se profilant à l’horizon ( quoique que certains navets se doivent d’être vus pour le plaisir ).
Donc si c’est pour seulement mettre en ligne pendant 7 semaines « faites entrer l’accusé » seule bonne émission docu diffusée par France 2 tous les jeudis soirs et m’évertuer à descendre en flammes le Max Pécas de la 6, je préfère aller boire des bières en terrasse.
C’est promis cependant, je remets ça à la rentrée si vous le voulez bien.

Smititivement vôtre.