Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

jeudi 24 juillet 2003

SWIMMING WITH SHARKS

Cher Abou ou Ahmed kekchose dont je n’ai pas retenu le nom ( si jamais tu existes) mais qui est censé être l’homme propriétaire de la villa dans laquelle squattait les deux teignes engendrées par le tyran moustachu Saddam. Tu as balancé ces deux raclures aux forces U.S et tu as bien raison, je suis contre la délation mais si deux véroles sanguinaires venaient organiser des partouzes dans ma jolie cahute, je crois que j’irais voir illico la rousse.
Cependant, si j’étais toi je me méfierais dorénavant des soi-disant « gentils » qui t’ont promis la récompense de 30 millions de dollars.
Tu n’es pas sans savoir que cela représente une somme colossale, qu’il va falloir organiser ta fuite, te placer dans un autre pays, t’offrir un logement, te surveiller, te protéger… et que tout ceci va venir s’ajouter à la prime qu’ils vont te verser.
Le gouvernement U.S étant un angoissé du porte-monnaie, l’addition va vite être faite par un petit comptable de la CIA. Sachant qu’une balle ne coûte que quelque Cents et que de toute façon personne ne doit connaître la suite de l’histoire, je me fais du mouron pour toi.
Serre les fesses, tu nages avec les requins.