Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

lundi 6 octobre 2003

AN ALAN SMITHEE FILM- back from Paris-

Retour à Nantes hier dimanche les yeux en noix de coco après une semaine de montage et reprise dès ce matin dans le monde impitoyable de l’entreprise et des collègues de boulot qui pérorent sur le petit dernier et sur la construction du pavillon en banlieue.
Bon Paris c’était bien mais j’ai un peu passé ma semaine dans un appart du 17ème plongé dans le noir devant 3 écrans, mais quelques bonnes adresses de restos ont su soulager mon estomac durant cette difficile période de doutes qu’est le montage.
Par contre la vie Parisienne va plaire à mon banquier car entre les SUBLIMES pâtes et pizza de la trattoria « Amici Miei » bd Beaumarchais ( si vous ne connaissez pas,vous devez vous y rendre), les plats du jour du 17ème un quartier pas cher comme tout le monde le sait, les bières à Bastille, les bouteilles de rouge dégueu achetées à 22h chez l’arabe du coin, les incessants trajets en métro et les grosses flemmes générant des rentrées nocturnes en taxi, me voilà raide comme un piquet.
Bon, en attendant d’y retourner, reprise du blog et reprise du Smititivi en fin de semaine.