Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

lundi 1 décembre 2003

LES AFFRES DU CALBUTH BLANC

Le mannequin musclé et bronzé arbore généralement fièrement un superbe caleçon blanc moulant type Calvin Klein et avouons le, c’est la méga classe.
Cependant le port du calbar blanc, et on ne me contredira pas, impose un respect et une maîtrise de son corps au dessus de tous soupçons.

D’abord, le caleçon blanc impose une hygiène corporelle parfaite car inutile de se parer de cet outil de séduction si la raie n’est pas propre comme une chambre de bidasse. La moindre bouloche engluée dans les poils viendrait immédiatement ternir le blanc immaculé d’une tache douteuse du plus mauvais effet.
Si d’aventure, vous devez néanmoins vous affranchir d’un repas trop lourd durant la journée, évitez les toilettes arborant des rouleaux à papier marron qui grattent, il est connu que ces derniers n’essuient pas mieux qu’un râteau et votre moule paquet se verrait ruiné dans les minutes qui suivent .
Attention, ne vous retenez pas non plus, il est très mauvais de marcher avec les fesses serrées et la moindre seconde de relâchement provoquerait l’irrémédiable au fond de votre Dim.

Il n’est pas non plus difficile d’imaginer que la durée de vie du caleçon blanc ne dépassera pas le stade de quelques heures si le porteur ne maîtrise pas ses aléas digestifs propres à tout homme normalement constitué. En effet, la moindre flatulence un peu grasse viendrait elle aussi maculer le fond du slob d’une effrayante trace de frein indélicate.
Ce problème impose donc au porteur de caleçons blancs un régime alimentaire dépourvu de légumineuses ou autres aliments générateurs de vents divins.
Optez donc pour cette attitude décontractée :
« Tu prends du cassoulet ce midi à la cantoche ? »
« Ah, non tu déconnes, je porte un caleçon blanc »

Ce même problème impose aussi une maîtrise de ses gestes. Inutile de tenter des grands écarts en faisant Van Damme pour épater la galerie ou de faire du jeter de jambe façon Moulin Rouge au risque de provoquer une pression sur l’estomac qui déclencherais un louf inapproprié qui viendrait ternir votre réputation de gentleman.

Pour résumer, le port du caleçon blanc impose à l’homme moderne une discipline corporelle digne d’un moine Shaolin, la réflexion intense et la connaissance de soi devient donc indispensable avant d’opter pour cette parure de seigneur.