Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

mardi 16 mars 2004

AN ALAN SMITHEE FILM


Voilà, le montage s'est terminé dans les confortables locaux de Big Mama à Paris, le film fait douze minutes et des bananes au final. Reste maintenant au compositeur de nous écrire un bel emballage, au mixeur son de nous faire un beau Sound Design et à l'étalonneur de nous embellir les couleurs et le film sera terminé.
On va plafonner aux environs des 150.000 balles (francs bien sûr) en fin de course sans quasi aucune aide financière. Notre (génial) producteur aura donc mis de sa poche ainsi que ma pomme et mon coréalisateur Géraldine (qui je le rappelle s'appelle Etienne).
Sachant que personne n’a été payé sur ce film, le pognon paye seulement les fournisseurs et prestataires (le labo étant généralement le plus gros gourmand), je signale aux autres fous qui désirent se lancer dans un court en 35 mm Cinémascope qu’il ne faudra pas espérer s’en tirer à moins de 12.000 balles la minute tout en faisant des concessions comme cette séquence qui devait être assistée par ordinateur ; le budget ne nous a pas permis de la tourner.
Pas grave, on dit que le manque de moyens oblige à être créatif… on verra.