Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

vendredi 28 mai 2004

LA METHODE BUSH

Le comique le mieux payé de la planète vient de livrer un récital enchanteur dont seul lui à le secret. Après les fameux sketches du Bretzel coinceur, des jumelles fermées, du livre à l’envers et de l’insulte devant micro ouvert il s’est lancé dans un effarant numéro d’équilibriste à vélo au péril de sa vie.
Malheureusement comme tout bon artiste, parfois le sketch dérape et c’est l’accident. Notre drolatique a donc découvert les lois de l’apesanteur et s’est violement ramassé la prune sur le tarmac. Plus de peur que de mal au final, mais une gueule style purée de tomates quand même.
Les coaches du comique ont déclaré par la suite que le terrain était instable, notre homme sort donc la tête haute de l’incident.
Ecoutant le vieil adage qui stipule qu’il faut remonter tout de suite en selle après une chute, il enchaîne quelques jours plus tard sur l’hilarant sketch de la prison d’Abou Graib où il joue un président incapable de prononcer le nom de la prison Irakienne. Cela donne Abou Grabant, Abou Garab, Abou Gramwwwlaa (dit super vite pour faire genre personne ne verra la bourde). Pour ceux qui auraient raté ça, rattrapage au Zapping.

Pour finir, notre fanfaron vient de découvrir qu’il avait le rôle principal dans le film de Michael Moore (le gros gars qui le tarabuste en permanence) et que celui-ci venait de remporter une palme de plongée en or lors d’un festival de cinéma dans une petite ville inconnue du pays énervant nommé France qui se situe comme il le pense à coté de la Chine.

Bravo l’artiste, tu es le premier acteur consacré à Cannes à son insu.