Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

samedi 1 mai 2004

LE SMITITIVI

Semaine du 1er au 7 mai 2004

Minority report – lundi 3,21h00- Canal +
Bon franchement, on pouvait attendre mieux de Spielberg avec un sujet pareil. Le scénario tiré de K.Dick narrant une unité de police censée stopper les criminels avant leur passage à l’acte avait de quoi nous mettre la gaule. Spielberg signe un film efficace, propre, parfaitement maîtrisé mais il y manque un je ne sais quoi qui nous laisse une impression de « peut mieux faire ». On sent vraiment que le sujet n’est pas exploité au max, que Tom Cruise cachetonne et que Spielberg ne s’investit que mollement.
Reste toutefois un film de SF bien foutu qui se regarde sans peine.

Alice ou la dernière fugue – lundi 3, 23h55- France 3
Du fantastique à la française filmé par Chabrol, voilà de quoi rebuter le fan. Or ce film qui ne cache pas ses clins d’œil à Lewis Caroll ne laisse pas insensible. Sylvia Kristel se retrouve par hasard dans une propriété énigmatique aux hôtes mystérieux et se rend vite compte qu’elle ne peut plus en sortir. Film très étrange, limite Lynchien (toutes proportions gardées) à découvrir.


LE NANAR DE LA SEMAINE :

Jason X- dimanche 2- 2h00- Canal +
Où l’on retrouve notre cher Jason Voorhees mais cette fois dans l’espace. Notre Mr machette s’est fait congeler et des centaines d’années plus tard, des branleurs de l’espace le retrouvent et embarquent sa sale gueule dans leur vaisseau. Moi, franchement si je retrouvais aujourd’hui un chevalier du moyen âge avec la tronche de Jason, je le finirais à coups de pieds…mais bon.

A peine décongelé, notre steack haché au masque de hockey chope une idiote et lui plonge la tête dans de l’azote puis lui fracasse la face comme du verre (c’est le meilleur effet du film), pas de doute, Jason est de retour et il n’est pas content.
Comme Jason attire les ados boutonneux et les bimbos à gros seins comme une mouche sur un caca, il a débarqué, ooh chance, dans un vaisseau qui ressemble à une colonie de vacances interstellaire.
Après s’être farci sans conviction quelques passagers (les fans d’effets gore pourront aller se coucher, il sont bien loin les égorgements en gros plans signés Tom Savini de la grande époque), il va se colter les militaires du bord, histoire de balancer quelques séquences pompées sur Aliens. Les gros bras éradiqués, il va tomber sur un os ; une cyber nana qui balance du coup de tatane dans la poire à qui mieux mieux. La furie en skaï noir va le mettre en pièce mais c’est sans compter sur les scénaristes hyper intelligents qui vont nous faire renaître notre boucher sous un nouveau jour ; le cyber jason.
Tout métallisé, notre boucher est plus fort que jamais et les scénaristes vont se tripoter la nouille méchamment pour trouver comment le réduire définitivement à néant.
On nous balance de la réalité virtuelle permettant ainsi de replacer Jason dans le paysage de Crystal Lake (le décor des 1er Vendredi 13) provoquant une confusion totale dans son crâne de piaf (et dans le notre aussi au passage) tout ça pour finir dans un gros badaboum censé lui faire péter sa tronche de lard.
Increvable le fumier, le voilà à la fin flottant tel une bouse dans l’espace.

On peut facilement imaginer Jason XI. La première navette spatiale qui passe, il s’y accroche, revient sur terre sans cramer dans l’atmosphère, nique tout le monde à la Nasa, fait du stop et bousille 3 bimbos sur la route 66, redéboule à Crystal Lake qui est devenu un parc d’attractions du futur et fait du mou de veau avec les clients. Etc. etc.