Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

mardi 26 octobre 2004

POULET A LA BIERE

Pour donner suite au post relativement sévère ci-dessous, il semble que l’accident relaté ci-dessous vienne plomber une lutte anti-alcool qui depuis 5 ans se déroulait au sein des commissariats Nantais.
Depuis l’arrivée du nouveau directeur départemental de la sécurité publique, le ménage éthylique commençait à porter ses fruits car dans les années 90, on apprend que la bibine coulait à flot chez nos chers gardiens de la paix.
On pouvait lire dans un article de Ouest-France du 19 octobre qu’à Waldeck-Rousseau, le commissariat principal de Nantes « au foyer, il y avait un bar où l’on trouvait des alcools forts à des prix défiants toute concurrence », un policier déclare aussi « des collègues sortaient ivres du commissariat, le soir, sans que personne ne leur dise quoi que soit » « d’autres se saoulaient avant d’interroger des personnes en garde à vue. La hiérarchie de l’époque couvrait cela. »
Conscient que ce type de comportement n’est pas une spécialité Nantaise, avouons tout de même qu’un mec en uniforme avec un flingue et deux grammes dans le sang, ça fait froid dans le dos.