Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

dimanche 27 février 2005

ON SE MARRE AUX CESARS



Depuis 30 ans, l’industrie du cinéma français tente de faire son show à l’américaine avec les Césars, 30 ans que le prétendu show ne décolle pas plus qu’une enclume. 30 ans que les animateurs de la soirée se cassent les dents à grands coups de vannes pour dérider une salle immuablement de marbre, 30 ans que des centaines d’intervenants tentent d’arracher des sourires aux convives statufiés mais rien à faire, peine perdue, la grande famille du cinéma n’est pas là pour passer une bonne soirée.
Salle bouffie d’orgueil et d’ego dont la majorité des invités ne se rendent à la cérémonie que pour se gausser de faire partie de l’industrie. Gratin blasé et nombriliste autant intéressé par le déroulement de l’événement qu’un cul de jatte par une paire de Nike.

Robert, lui, il travaille 8 heures par jour à mettre des conserves dans des cartons à une cadence infernale et est payé à coups de triques, alors Robert quand il est invité à une grande messe de son entreprise, on peut comprendre qu’il fasse la gueule sur son fauteuil avec son petit costume sorti de la naphtaline pour l’occasion. Robert par contre quand il vous regarde pendant votre grande messe annuelle, il ne comprend pas pourquoi vous faites la gueule alors que vous exercez un des plus beaux métiers du monde.
Alors à vous, gens du cinéma dont les métiers font rêver des milliers de spectateurs, montrez vous un peu plus dignes de votre profession et offrez au moins quelques sourires, ne serait ce que pour Robert sinon un jour il va se demander si ça vaut bien la peine de dépenser 8 euros dans un ticket pour engraisser des têtes de cons pareilles.



PS: pour un compte rendu succulent de la cérémonie des Césars en direct, allez chez Godspeed.