Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

jeudi 28 juillet 2005

GEORGES ROMERO WAS RIGHT



Depuis quelques jours le centre ville de Nantes s'est vidé de ses habitants et notre cité des Ducs ressemble avec bonheur à une ville fantôme. La vie y est douce et paisible, les terrasses de café regorgent de places et le stationnement y devient enfantin.
La proximité de la mer offre des départs dantesques chaque week-end et livre la ville aux quelques flâneurs urbains peu attachés à se tasser sur les plages riquiqui de Pornic ou sur la grande langue blanche de La Baule.
Du moins c'était ma théorie jusqu'à ce que ma très chère mère m'oblige à me rendre ce soir dans la zone Atlantis, immense beaufland composé d'un des plus grand Leclerc de France, d'une cinquantaine de boutiques aux enseignes connues et surtout du seul Ikea du grand ouest.

Et là, la vérité m'est apparue ; horrible et effrayante. Une vérité épouvantable sur le devenir de nos concitoyens, sur la vie de nos compatriotes ; j'ai cru défaillir devant cette révélation indicible.
Ce soir j'ai découvert le secret que les marchands du temple cherchent à nous cacher, la boite de Pandore s'est ouverte devant mes yeux et les enfers se sont offerts à moi. Et cette vérité je vous la livre toute crue au risque de vous brûler le cerveau :
Les Nantais ne sont pas en vacances, ne sont pas à la plage avec leurs enfants ; ils sont tous chez Leclerc et Ikea !!!

J'ai cru revoir « Zombie » de Romero.