Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

dimanche 3 septembre 2006

PARTIR REVENIR



Voilà un titre qui sonne comme un mauvais Lelouch (pléonasme) afin d'annoncer mon retour sur ce blog après de mirifiques mais épuisantes vacances.
Un nouveau logo pour changer un peu et un merci au passage à Lionel Aubin pour sa contribution.

Voilà c'est la rentrée et c'est certainement la période que je déteste le plus dans l'année. Le soleil se barre un peu plus chaque jour, il faut un nouveau cartable à mon fils et ce simple achat me colle des suées.
Putain qu'est ce que je pouvais détester les rentrées scolaires quand j'étais môme. L'angoisse de se farcir un vieil instit à chemises à carreaux ou une taupe ridée et névrosée qui va faire de ton année un cauchemar scolaire. Retrouver les tables en formica de la cantine, les verres pyrex avec ton âge en dessous et les gamelles en inox remplies de tranches de rôti de porc nerveux. Les journées interminables dans des cours bitumées et ombragées par de rares tilleuls mornes, des profs aussi passionnés à inculquer leur savoir que des vaches devant un steack et des proviseurs transfuges de la Waffen SS.

Quand je vois mon fils rentrer en CE2, j'angoisse pour lui lorsque j'imagine le tunnel sombre mais obligatoire qu'il emprunte et guette en lui la démotivation qui poindra forcément tôt ou tard.
J'ose espérer que l'école a changé depuis les années 70 mais j'en suis peu convaincu rien qu'à la vision de l'instit momifiée qu'il s'est fadé l'an dernier.
Quand on est môme l'école c'est comme un désert, on en voit jamais la fin; heureusement il y a les potes et plus tard les filles.

Adulte, il faut travailler, c'est chiant aussi mais au moins on est payé.

Rien à faire, pour rien au monde je ne retournerais à l'école.

Bonne rentrée à tous et bon courage à tous les bambins qui rentrent dans l'univers carcéral obligatoire.