Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

dimanche 21 juin 2009

AC/DC AU STADE DE FRANCE 12/06/09



Il faut bien l'avouer les vieux australiens ont encore un putain de jus sous la pédale et le spectacle livré ce 12 juin fut un moment assez exceptionnel pour tous ceux qui ne se lassent pas de faire des cornes de diable avé les doigts et brailler à tue-tête Hell's Bells ou Thunderstruck.

Avec une intro en dessin animé suivie d'effets pyrotechniques et l'arrivée d'une locomotive sur scène, Rock'n roll Train balancé pleine balle te fout illico dans le bain et c'est parti pour deux heures de riffs qui te décollent les esgourdes.

J'ai pris un pied énorme avec les 76.000 spectateurs du Stade de France qui réunissait toutes les générations, mon fils a 10 ans et il n'aurait raté ça lui non plus pour rien au monde.
AC/DC traverse les générations sans prendre une ride tant leur blues/rock est intemporel à l'image de Let There Be Rock qui depuis 1977 reste une tuerie sismique surtout lorsque qu'en live Angus Young tripote ses cordes pendant un solo de 13 minutes soutenu par une ligne de basse frénétique et une batterie lourde et entrainante.

La nuit tombant sur Paris des milliers de cornes rouges clignotantes illuminent doucement le stade pendant que les vieux tarés embrasent tout avec une facilité déconcertante; l'expérience de la scène est flagrante sans pour autant donner l'impression d'une routine familière tant les litres de sueur d'Angus prouvent l'entière implication d'un vieux routard du rock qui pourrait ne faire que le minimum au vu d'un public forcément acquis.

Possédant depuis des années le fameux album "Live", je m'étais toujours dis que je n'aurais jamais le bonheur de voir "pour de vrai" la mythique clôture par For Those about to Rock et ses canons qui envoient une salve entre chaque refrain... le rêve est devenu réalité, les cornes me sont poussées, mes mains étaient diaboliques, la Heineken coulait à flot et les We Salute You étaient repris par 76.000 personnes; le grand frisson !

Il faut cependant reconnaitre qu'hélas le Stade de France possède une acoustique de merde surtout au niveau de la résonance de la foule, incroyable que le plus grand stade de France fasse moins de bruit que le Parc de Princes ou le Vélodrome. Les archis ont oublié avant de faire beau qu'un stade c'est surtout fait pour entendre les supporters gueuler et pousser leur équipe; alors en config concert je vous dis pas la cata.

Ceci dit cela n'a pas empêché les Aussies d'électriser une foule qui comme moi devait se dire que c'était sans doute une des dernières fois qu'Highway to Hell résonnerait dans le ciel de St Denis et qu'il fallait savourer l'instant pour l'éternité du rock.