Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d-1585905430571997612', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

dimanche 16 novembre 2003

LE SMITITIVI

Semaine du 15 au 21 novembre 2003

Outrages- mardi 18, 22h40- France 2
Loin de flatter l’héroïsme des GI’s au Vietnam, De Palma relate les exactions de parfaites ordures qui profitent de la guerre pour se tamponner une petite viet et lui faire subir un calvaire abominable. Un film fort et dérangeant porté par une superbe partition de Morricone.

Strip-tease- mardi 18, 23h05- France 3
Le second sujet est parait-il un pur bonheur ; vivement mardi.

Donnie Darko – jeudi 20, 21h00- Canal +
Très franchement, je ne sais quoi penser de ce film pour une raison très particulière que vous pouvez découvrir ici .
Du coup je demande à revoir.

LE NANAR DE LA SEMAINE :

Panic Room- lundi 17, 21h00- Canal +
Bon j’aurais pu choisir cette semaine « Fast and Furious » mais je ne me suis jamais décidé à le regarder tant je déteste les bagnoles et l’idée de glorifier la vitesse. J’aurais pu aussi choisir « La Fin des temps » mais ce film ne m’a laissé aucun souvenir tant nous sommes en présence d’un consommable de bas niveau aussi vite vu aussi vite oublié donc je vais m’attarder sur Panic Room qui ressemble plus à une grosse déception qu’un vrai nanar pur beurre.

Je considère David Fincher comme un réalisateur audacieux qui entube bien Hollywood en cachant dans ses films des idées politiquement incorrectes tout en laissant croire qu'il fait le blockbuster du moment (cf, Seven, Fight club, Alien3).
C'est pourquoi PANIC ROOM s'annonçait alléchant avec son pitch (mot à la mode) sentant le huis clos paranoïaque.
Mme Jodie Foster vient d'acheter un big appartement new-yorkais ayant appartenu à un milliardaire qui avait construit au sein de celui-ci une chambre forte high-tech et inviolable. Dès la 1ere nuit (c'est ballot !), voilà 3 gugusses: 1 black cool, 1 grunge hystérique et un débile encagoulé, qui débarquent sans être invités. Pas bête la Foster, elle se réfugie illico avec sa fille dans la chambre forte. Seulement voilà, les pieds nickelés , il cherchent un truc qui est DANS la chambre forte, et l'autre elle veut pas sortir car elle tient à sa peau, je l'ai dit elle est pas bête la Foster.
Ca sent donc bon le thriller qui met des suées mais on déchante assez vite car après un générique sublime et un début tonitruant, l'ambiance devient très vite plan-plan. la Foster elle tente pleins de trucs cons qu'on sait dèjà que ça va foirer, pourtant elle est pas bête. Les 3 Stooges énervés se chamaillent comme des pucelles et s’entretuent, la fifille à Jodie ,elle, est en crise diabétique car dans la précipitation elle a oublié son insuline dans le frigo, elle est un peu con sa fille à la Foster, qui pourtant, elle, n'est pas bête. Bref, que de rebondissements.
Finalement, Fincher nous livre un thriller assez conventionnel disposant tout de même de plusieurs moments de grâce. Quant à la réalisation, on est sur le cul, sa caméra passe partout, dans les serrures, à travers les murs , les chaises , les escaliers, une gestion de l'espace éblouissante et méticuleuse qui a provoquée le départ du chef-op Darius Khondji pendant le tournage (c'est pas pro Darius !).
Allez, ça se regarde, le scénar est un peu tarte mais ça sent le film de commande c'est pourquoi on en veut pas à Fincher , et surtout c'est loin d'être réalisé avec les pieds.

Ah oui, et la Foster, elle joue bien, mais ça c'est parce qu'elle est pas bête.