Google
 
Du poil sur le Web Du poil sur Alan Smithee
<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d3383812\x26blogName\x3dTHE+ALAN+SMITHEE+PAGE\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLACK\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttps://alansmithee.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://alansmithee.blogspot.com/\x26vt\x3d8419836695219507794', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>
 
    

 

 

 

 

 

 

mardi 30 mars 2004

BRAVEPATRIE.COM ROI DU CANULAR ?

Tout a commencé (j’adore démarrer comme ça) avec ce post anodin du 28 mars dans lequel j’invitais les lecteurs à aller se balader sur ce site très drôle qu’est Brave Patrie .
Le lendemain, je recevais un mail d’un lecteur amateur lui aussi de ce site qui, curieux, était allé voir qui se cachait derrière ces trublions détenteurs du domaine. Il m’invitait a aller voir sur un « Whois » (sites permettant de trouver les propriétaires d’un nom de domaine) et de découvrir une surprise étonnante.
Effectivement la découverte est plus que surprenante voici ce que donne le résultat :

reg_created: 2002-10-11 05:08:52
expires: 2004-10-11 05:08:52
created: 2002-10-11 11:08:53
changed: 2003-08-11 11:25:41
person: Y. D. V.
nic-hdl: YDV5-GANDI
address: 57, rue de Varenne
address: 75007
address: Paris
address: France
phone: +33.142758000
fax: +33.142758000
e-mail: celluloid@mangoosta.fr
lastupdated: 2003-12-23 15:21:46
person: GANDI Auto Register 4.1
nic-hdl: AR41-GANDI
address: GANDI

Quoi d’étonnant me direz vous ? Et bien l’adresse du détenteur du nom de domaine n’est autre que le 57 rue de Varenne à Paris c'est-à-dire celle du Secrétariat Général du Gouvernement, Service du Premier Ministre.
Vérifiez vous même, même le téléphone est bon .

Fort de cette amusante info, je suis allé un peu plus loin et me suis payé d’appeler le secrétariat du premier ministre pour demander à parler à ce Mr D. V. Bien entendu, il n’y pas de Y. d. V. dans les locaux, la standardiste avait beau taper sur son clavier, elle n’a rien trouvé.
Alors nous pouvons a priori en déduire que les auteurs du site ont poussé la plaisanterie jusqu’à faire domicilier leur nom de domaine sur l’adresse des locaux ministériels.
Chapeau les gars, la blague est bonne et il fallait fouiller pour la découvrir. Bravo a Fred le lecteur qui m’a lancé l’info.


 

OOOOOOH NON

La mauvaise nouvelle cinématographique du jour : l'adaptation ciné de la série télé " Le Prisonnier" sera probablement réalisée par Simon West. Pour mémoire, ce jeune homme nous a infligé " Les Ailes de l'enfer"( "Con Air" en Anglais, un titre prédestiné) et "Tomb Raider".
 
lundi 29 mars 2004

LA FRANCE SE REVET DE ROSE ET PENDANT CE TEMPS EN IRAK :

Les anglais se font cruellement défaire par 30 pauvres manifestants à mains nues

On ne sait toujours pas où se trouve et ce que devient Saddam Hussein depuis son arrestation

Certains GI's américains jouent encore aux gros cons
 
dimanche 28 mars 2004

ERECTIONS REGIONALES

En cette soirée d'éléctions, plutôt que les sempiternels débats stériles de TF1 et France 2, allez donc faire un tour sur Brave Patrie .
Ne ratez pas le commentaire sous la photo de Longuet et Sarko, j'en ris encore.
 

SOUS VOS YEUX EBAHIS…

Le Smithee nouveau est arrivé. Un nouveau layout apporté par les hirondelles du printemps et pour la première fois du blanc pour brusquer mon amour indéfectible envers la couleur noire et une giclée de piments rouges pour montrer qu’ici on a du poil aux pattes.
Hormis un défaut qui m’énerve, la typo se réduit bêtement lorsque elle porte un lien (si qq’un à la soluce, qu’il n’hésite pas), le reste semble fonctionner nickel malgré ma nullité dans le domaine.
Avec tout ça j’en ai oublié de faire le Smititivi, peut-être demain si je trouve le temps, pas sûr
 
jeudi 25 mars 2004

COUP DE POMPE

Si j'accumulais autant d'argent que de fatigue, je serais archi -milliardaire.

C'est pour ça que je poste mou en ce moment. Bonne nuit.
 
mardi 23 mars 2004

DIASPORABBIJACOB

tiens, en tombant dessus rapidos, je me suis demandé : comme on ne peut plus plaisanter sur les religions aujourd'hui, pourquoi est-ce que les ligues juives ne portent pas plainte contre le réalisateur de Rabbi Jacob ?
c'est vrai après tout, Rabbi jacob, c'est du Dieudonné light .

 
lundi 22 mars 2004

BEN TANT PIS....

J'étais parti pour écrire un truc mais je viens de voir qu'il y avait un doc sur les crashes aériens sur France 2 et moi j'aime bien les avions qui s'écrasent.
 
dimanche 21 mars 2004

TELE ACHAT

Quand on vend des merdes, forcement ça arrive.

(via Binnes)
 
samedi 20 mars 2004

LE SMITITIVI

Semaine du 20 au 26 mars 2004

Arlington road- lundi 22, 20h50- M6
Un gars suspecte ses voisins d’être des terroristes. Même si ce thriller qui brouille sympathiquement les pistes ne se démarque pas foncièrement du lot, ça se regarde plus qu’aisément ne serait ce que pour la présence de deux immenses acteurs : Jeff Bridges et Tim Robbins.

Speed- Mardi 23, 20h55- France 2
Speed premier du nom à un truc pour lui : l’idée de base. L’idée toute conne de mettre une bombe dans un bus qui pétera si celui-ci descend en dessous de 80km/h oblige le film à aller à cent à l’heure. Un actionner pur jus qui tient ses promesses.

Hurricane Carter- jeudi 25, 21h30- France 3
Pour Denzel Washington (encore) éblouissant, pour découvrir cette épouvantable injustice, pour la musique de Christopher Young, pour Bob Dylan.

PAS VU MAIS A TESTER :

Le Désert rouge- dimanche 21, 1h05- France 3
Peut être super chiant, peut être chef d’œuvre éclairé, avec Antonioni on peut s’attendre à tout.

LE NANAR DE LA SEMAINE :

Spiders, le retour des araignées géantes- jeudi 25 ,23h10- M6
Ooooh des grosses araignées, AAAAAAAH, ARRRGGH, quelle horreur, mon Dieu, elle va nous boulotter…AAAAAAAAAAAAH….bon je l’ai pas vu mais on imagine aisément le niveau.
Désolé mais j’ai pas mieux cette semaine, à part peut être « Resurrection » avec Lambert lundi 22 sur M6 , mais je l’ai pas vu non plus.

 
mercredi 17 mars 2004

SNCF, VIGIPIRATE ET AUTRES POUDRES AUX YEUX

Le week-end dernier, j’étais un voyageur ferroviaire alors même que le plan Vigipirate était au rouge cramoisi.
Etant limite parano de nature, je me suis surpris à observer les moyens déployés et les possibilités de passer entre les mailles de notre soi disant grand plan sécuritaire.

Le constat est pitoyable, en étant un bon terroriste couillu, j’aurais pu faire péter des TGV à tour de bras.
Dès l’aller Nantes Paris, je constate que les range bagages à l’entrée des wagons sont condamnés par deux pauvres bandes scotch rouge et blanche qui n’empêchent personne d’y coller une valise ; ce que finalement certains font en dépit de l’avertissement écrit. Sans doute des étrangers, le papier n’étant même pas traduit en Anglais.
What is Vigipirate darling ? oh, i think there’s some pickpockets sometimes so watch your luggages my dear. La SNCF oublie que les touristes prennent aussi le train.

Passé Angers, je constate en allant au bar qu’un superbe carton scotché est venu se poser dans les étagères interdites. En croisant un contrôleur, je me permets de lui signaler cet état de fait. Le mec à casquette me dit effrayé « vous avez vu le propriétaire redescendre du train ? » « ah ça , je peux pas vous dire, monsieur ». Comme si je m’amusais à mater les allées et venues de tous les passagers, suis pas la DST moi Monsieur !
Bref, 1er trou de sécurité, si le carton avait été une bombe : 300 morts et ce blog orphelin.

Arrivée à Montparnasse puis le métro, je ne croise pas un seul flic ni treillis avec un Famas. Vigipirate ? ah bon, où ça ? Comme Socrates , je ne vois aucun changement du niveau de sécurité.

Retour Paris Nantes : toujours pas un seul flic à l’horizon, pas un seul molosse kaki en gare Montparnasse.
L’accès aux quais et aux trains est comme d’habitude ultra libre, la preuve les mecs qui font la manche dans le métro font maintenant les wagons de trains avant leur départ. Les quais sont bondés, un bon kamikaze ferait facilement avec un costard de dynamite une bonne centaine de morts, et ce blog orphelin.

En cherchant notre wagon, je constate que la porte privée accédant directement derrière le comptoir du wagon bar est ouverte et que personne ne s’y trouve. De superbes placards métalliques entrouverts offrent la vision de planquettes de choix pour une bombe réglée quelques minutes après le départ, ne laissant pas le temps à l’employé de la trouver en voulant servir quelques kros à des bidasses en perm. Superbe trou de nos amis du rail. Boum, re 300 morts et à nouveau ce blog orphelin.

Bon allez, je sais bien qu’il est impossible de tout sécuriser et je me fais l’avocat du diable mais ce qui me fais écrire ces lignes c’est d’avoir vu cet empaffé de Raffarin en visite dans les gares jouer les paternalistes auprès des quidams en leur donnant des petites tapes amicales déclarant « qu’il n’y a rien à craindre, il n’y a pas de danger, il ne faut pas avoir peur ».
Vous étiez pitoyable M. Raffarin avec votre attitude « peuple, ne craint rien, l’état veille ».
Mon cul, oui !
Si une bombe explose la tronche de pauvres voyageurs, vos petites tapes amicales gardez les pour vous car ce sont des grandes dans la gueule que vous aurez en retour.

 
mardi 16 mars 2004

AN ALAN SMITHEE FILM


Voilà, le montage s'est terminé dans les confortables locaux de Big Mama à Paris, le film fait douze minutes et des bananes au final. Reste maintenant au compositeur de nous écrire un bel emballage, au mixeur son de nous faire un beau Sound Design et à l'étalonneur de nous embellir les couleurs et le film sera terminé.
On va plafonner aux environs des 150.000 balles (francs bien sûr) en fin de course sans quasi aucune aide financière. Notre (génial) producteur aura donc mis de sa poche ainsi que ma pomme et mon coréalisateur Géraldine (qui je le rappelle s'appelle Etienne).
Sachant que personne n’a été payé sur ce film, le pognon paye seulement les fournisseurs et prestataires (le labo étant généralement le plus gros gourmand), je signale aux autres fous qui désirent se lancer dans un court en 35 mm Cinémascope qu’il ne faudra pas espérer s’en tirer à moins de 12.000 balles la minute tout en faisant des concessions comme cette séquence qui devait être assistée par ordinateur ; le budget ne nous a pas permis de la tourner.
Pas grave, on dit que le manque de moyens oblige à être créatif… on verra.

 
vendredi 12 mars 2004

AH ET AUSSI ...

Le 11 est un chiffre bizarre. Il a vu la naissance de ce blog le 11.03.02, avant on avait eu le 11.09.01 et hier on a eu le 11.03.04. C’est donc aussi l'anniversaire de la connerie, de l'inadmissible.
Prendre de gens modestes qui se cassent le cul à survivre en allant bosser chaque jour que Dieu fait, qui élèvent leurs gosses avec le peu d'argent qui reste en fin de mois, qui ne partagent pas forcément les idées de leur gouvernement et les réduire en charpie dans une carcasse de tôle froissée.
Ordures, assassins, raclures, fils de putes… vous voulez faire chier les grands de ce monde mais vous brisez la vie des petits, des modestes, des sans voix. Vous menez une guerre lâche et vous vous trompez de cible car vous avez oublié qu’en occident c’est le peuple qui choisit ses dirigeants, que le vote nous permets d’éjecter les grands dont la politique guerrière vous et nous déplait.
Attaquez le peuple et celui-ci n’entendra jamais plus votre voix…et des Bush par dizaines vous aurez, hélas.

J’ai envie de dégueuler et l’idée de prendre un train pour Paris demain me semble moins confortable que d’habitude.

ps: pas de Smititivi ce week- end, suis à Paris pour montage.

 

BLOGANNIVERSAIRE

Voilà, ce blog à deux ans.
J'ai découvert cet outil d'expresion libre suite à un article dans télérama et je m'y suis lancé sans rien y connaitre en création web, mais comme Blogger c'est un peu "ta page web si t'es une crème en HTML ou PHP", c'était pile poil pour moi.
39.000 visiteurs ( j'ai du mettre mes Stats après 1000 visites environ), 3 layouts ( orange et noir, vert matrix et noir et l'actuel), une citation dans Metro le 3 juillet 2002, une autre dans une revue dont j'ai oublié le nom en Janvier 2003 et une dans Le Point en décembre 2003, par contre je ne crois pas avoir été cité sur Médiatic qui pourtant écume grassement les blogs.
Merci à ceux qui viennent régulièrement et aux autres de passage.
Pour la mémoire, je vous laisse avec le pitoyable 1er post de Mr Smithee .
 
mercredi 10 mars 2004

NATURE VS AMERICA

Bon soyons francs, ce truc serait drôle avec n'importe quelle armée du monde mais ça l'est encore plus avec des ricains .

EDIT : le lien était rompu, vous pouvez y aller c'est réparé.

 
mardi 9 mars 2004

DU SUJET PROFOND

Pas plus tard qu’il y a pas longtemps avec des amis, nous avions une discussion sur l’éléphantiasis des couilles (ah ouais, on s’éclate avec mes potes) et l’incapacité totale que devait procurer cette maladie heureusement rarissime.
Il s’avère que les cas recensés se localisaient au sein de tribus pygmozouloubantous, dans des coins où y’a pas de Mcdo quoi.
Après réflexion, je me suis dis qu’effectivement je n’avais encore jamais vu un mec balader ses couilles dans une brouette en pleine ville. Puis après une seconde réflexion (ah bah c’est que je cogite dur; moi), je me suis imaginé la vie d’un occidental lambda qui serait atteint de cette épouvantable fardeau.
Dès le réveil, le rituel masculin du grattage de couilles lui prendrait un quart d’heure le temps de gratouiller son énorme volume testiculaire. Puis il enfilerait son pantalon fait mesure taille 78 permettant d’accueillir ses volumineuse baloches, le tout tenant par 3 paires de bretelles renforcées au kevlar pour éviter que le tissu ne craque sous le poids des machins.
Pas question d’avoir une voiture, aucun modèle ne permet de faire passer 2 couilles géantes sous le volant, le voilà condamné au métro où il prendrait deux places à lui seul, son voisin le plus proche racontera au bureau que ce matin il a voyagé en face de deux couilles ; la crise de rire à la machine à café.
Arrivé au bureau en sueur après 300 mètres de ballon sauteur sur ses gonades, son bureau spécial avec un repose boules au sol l’accueillerait gentiment pour une tâche administrative répétitive car hors de question d’être commercial avec une telle infirmité à moins de vendre « Le Crapouillot » ».
Difficile pour lui également de balancer avec ses collègues un « oh mes couilles, hein ! » sans provoquer immédiatement une gène certaine dans l’assemblée. Pas facile de lui dire non plus « ah, j’ai les boules » sans se rendre compte de sa connerie, bref faudrait toujours peser ses mots face à un gars qui aurait un éléphantiasis des couilles.
Un enfer ça doit être. Comment aller à la piscine sans se faire engueuler par le maître nageur parcequ’il a un truc qui dépasse du maillot, comment aller au supermarché et pousser un caddie tout en sautillant sur ses coucougnettes, comment danser en boîte sans qu’une nana mignonne lui écrase les bijoux d’un coup de talon et lui dire,crispé, que c’est pas grave, comment faire pour pas que les mômes du quartier lui jette des pierres, et je ne parle même pas du problème de l’éjaculation.
Oh puis allez si j’en parle, le gars doit balancer 15 litres de sperme, ça doit être interminable, des seaux entiers, une inondation totale, un truc vraiment horrible quoi. Quelle femme voudrait de lui ? A part une forcenée du Bukkake (avec ce mot les requêtes Google vont flamber), je vois pas.
Si demain vous avez un ennemi, souhaitez lui un éléphantiasis des couilles, je vois pas pire calvaire au quotidien depuis l’invention du portable.

 
dimanche 7 mars 2004

INTERLUDE

j'adore la bande annonce du dernier Michel Gondry : Eternal Sunshine of the Spotless Mind
 

LE SMITITIVI

Semaine du 6 au 12 mars 2004

Usual Suspects- mardi 9, 23h00- France 2
Un polar au scénario alambiqué flanqué d’une tripotée d’acteurs extraordinaires. Une vraie bombe scénaristique au dénouement jouissif. Usual Suspects n’est pas un film à chute, c’est LE film à chute.

Au nom du père – jeudi 11, 23h25, France 3
Récit d’une erreur judiciaire flagrante où l’injustice vous donne envie de hurler. Daniel Day Lewis extraordinaire (comme d’hab) dans ce film captivant et très réussi.

PS : Arte diffuse cette semaine plusieurs Almodovar, si vous aimez, allumez votre télé, moi je suis désolé mais je n’accroche pas du tout avec ce réalisateur.

LE NANAR DE LA SEMAINE :

Armageddon - lundi 8, 20h50-M6
Au cinoche, il y a deux catégories de nanars. Les fauchés, souvent hilarants parce que fait avec les moyens du bord et réalisés par-dessus la jambe et les bourrés de pognon, réalisés soigneusement et qui se prennent carrément au sérieux.
On pardonne facilement aux premiers car on prend pitié d’eux et leurs 3 euros d’effets spéciaux, ils en deviennent même attachants tant on sent une volonté de faire de l’or avec de la merde.
Les seconds par contre n’ont aucune excuse, cette fois c’est l’or qui se transforme en merde et là ça devient agaçant de constater une telle débauche pour un résultat aussi pitoyable. Leur seul point commun, c’est que dans les deux cas ; une franche rigolade est assurée et c’est le cas de notre navet de ce soir : Armageddon c’est le nirvana du nanar friqué, l’Himalaya du film pourri, le ratage ultime, c’est une Rolls Royce avec un moteur de Solex.

Après un début fracassant où New York se fait foudroyer par quelques météores bien vilains, le carnage débute. Les autorités américaines savent qu’un putain de balèze d’astéroïde va venir percuter notre planète bleue alors ils décident de trouver des fiers à bras pour lui faire péter sa gueule de méchant caillou stellaire.
Bruce Willis en marcel balance des coups de fusils au beau milieu d’une plateforme pétrolière pour tenter de dézinguer Ben Affleck qui saute sa fille, on voit de suite que le mec est une tête brûlée, notre héros est présenté dans une scène reine du nimportnawak.
Comme il est le best of the best des foreurs de trous dans des cailloux, le gouvernement le nomme chef de l’expédition spatiale qui va faire exploser l’astéroïde où comment Maurice le chef de chantier devient Neil Armstrong en deux secondes.
Notre héros se charge de composer son équipe et il ne se prive pas d’embaucher une belle brochette de bras cassés qui ne sont pas plus astronautes que mon labrador. Le stage intensif de la Nasa visant à faire d’eux des pilotes aguerris dure 5 minutes mais nos gus n’hésitent cependant pas à foutre la ouaille dans les locaux de l’agence, le black nous offre même son cul en pleine face…on hallucine.

Malgré le danger guettant notre planète, Affleck trouve quand même le temps de compter fleurette à Liv Tyler devant un coucher de soleil carte postale, un arbre en stuc et un placement produit pour une marque de voiture chic. La séquence ressemble à un spot diffusé durant le Superbowl, on se demande si une pub pour Revlon ne va pas suivre.

Retour à l’histoire (si on peut dire). Fin prêts nos butors prennent les commandes et pilotent la navette spatiale les doigts dans le nez comme une 205 junior (un astronaute met environ 20 ans avant de devenir pilote d’un truc pareil, mais bon c’est pas grave) puis atterrissent comme des merdes (en même temps avec 5 minutes de formation…) sur un truc noir et moche pleins de piquants en polystyrène, c’est notre astéroïde. Dès lors le film redouble de connerie, les mecs font du vol plané avec des véhicules lunaires, Steve Buscemi pète les plombs et tire dans tous le monde avec un gros marteau piqueur laser digne des pires films de SF des années 50, et comme ce sont des gros tacherons choisis par un gros lourdaud, leur naturel revient vite au galop. On sombre alors en plein Far West au milieu d’un météore, nos héros montrent une incompétence invraisemblable et le vide scénaristique devient très vite évident.

Bref en fait, forer le bazar et y placer une charge atomique foire total et l’humanité va mourir sous l’impact et nous de rire.

Notons au passage le florilège d’images d’Épinal offertes par le réalisateur lorsqu’il montre le reste du monde sous la menace de l’espace. Paris et la France semble figée en 1950, bérets de rigueur et ruelles avec des gamins à la Doisneau tandis que le reste du monde sort d’un livre de géo pour enfants de 5 ans.

Finalement, ça a tellement merdé là haut que Bruce Willis ne trouve pas d’autre alternative que de se sacrifier en direct devant les yeux humides des pontes de la Nasa, au grand dam de sa fille qui crie un déchirant « c’est mon père là haut » qui ne changera rien vu que ces abrutis buveurs de Budweiser ont bousillé une navette spatiale à plusieurs milliards de dollars et que la ligne de métro « Astéroïde pourri -Terre » n’est pas encore ouverte.
Bruce nous sauve tous, tout le monde est achement jouasse, c’est fini.

Michael Bay est très fort, en plus d’être le réalisateur au montage le plus épileptique du monde, il arrive à foutre en l’air plus de 100 millions de dollars dans un scénario pour mongoliens, accédant ainsi au titre du nanar le plus cher de l’histoire. Bravo Michael, change rien, t’es au top !

 
vendredi 5 mars 2004

STRANGE THINGS FROM JAPAN

Une vidéo étrange et un site superbe , les deux conçus pour un jeu PS2.

 
mercredi 3 mars 2004

TV KLOPOLAND

Les médias Belges et l'affaire Dutrouc par Princess Klopobek .

ps: les figurines sont une création Tim Burton.
 

Je pourrais m’inquiéter des bombes placées sur notre beau réseau ferroviaire par des obscurs adorateurs des usines qui explosent, parler de John Kerry qui se prépare à mettre une tatouille à l’autre âne bâté, de l’histoire Dieudonné qui commence vraiment à prendre des proportions grotesques mais non, je souhaite vous parlez d’un problème plus grave, plus insidieux, un de ceux qui affaiblissent notre belle patrie, le problème…

DE LA RECRUDESCENCE DES PRENOMS AMERICANOPHONES A LA CON

En effet, qui aujourd’hui n’a pas entendu dans un supermarché ou sur la plage une mère héler son fils par un effrayant « Brandon, viens là » ?
Et oui, vous avez remarqué vous aussi le nombre de Brandon, Kevin, Jimmy, Dylan, Jordan pour les garçons ou Deborah, Priscillia, Brenda pour les filles.
Jusqu’ici ces prénoms « Feux de L’amour » ne sont portés que par des petites têtes blondes innocentes mais dans quelques années ils seront des adultes et là le carnage va commencer.
Le présentateur du JT se nommera Jimmy Le Fur, on dira « t’as vu le dernier film de Brenda Martin », « c’est quoi ton tailleur, c’est Agnès B. ? Meuh non c’est du Priscillia Le Corvec », « tu votes pour qui toi aux cantonales Kevin Molard ? Oh non, je crois que je vais plutôt voter pour Dylan Hernandez » et puis un jour on se retrouvera avec comme président un extraordinaire Brandon Boulard. On aura pas l’air cons.

 
mardi 2 mars 2004

PINCEZ MOI



Elle a eu un Oscar. Non mais vous le croyez ça ?
Au moins ça la consolera de l' épouvantable soirée de l'an dernier, la pauvre chérie.